You're Mine (EP)

Lola Marsh


29/01/16

Maison Barclay

7
Par le 16 février 2016

Nouvelle venue dans le monde pop-folk en ce début d’année. Derrière Lola Marsh ne se cache pas un, mais deux artistes en parfaite symbiose, d’un côté à la voix suave de Yael Shoshana Cohen et ses faux airs de Penelope Cruz et de l’autre, le multi-instrumentiste Gil Landau. Né en 2013 sous le soleil de Tel Aviv en Israël le duo vient de donner naissance à son premier disque en France sous le nom de You’re Mine signé chez Barclay.

0005164644_10

Nous avions déjà découvert l’univers du groupe il y a quelques semaines, lors d’un A Take Away Show de la Blogothèque filmé dans les rues de Tel Aviv par le talentueux réalisateur Colin Solal Cardo. L’occasion d’entendre deux premières pierres « You’re Mine » et « Sirens » présentes sur ce quatre titres.

Place à la découverte de l’EP maintenant. Seulement quatre morceaux, une quinzaine de minutes au compteur pour nous convaincre. Le disque s’ouvre sur une balade féérique avec « Days to Come » sonnant comme dans l’univers magique d’un Disney, une introduction douce pour nous embarquer dans la confortable rêverie de Lola Marsh. On continu ensuite notre envol avec le titre éponyme du disque « You’re Mine », dansant et généreux, un morceau catchy et coloré. Arrive ensuite « Sirens », un presque remake vaporeux de Lana Del Rey inspiré de l’univers cinématographique de la série américaine Twin Peaks à la teinte mélancolique. Pour clôturer ce voyage « In Good Times » se charge lui, de nous asseoir définitivement dans ce fauteuil doux que nous offre le duo avec une voix chuchotée ou règne les guitares acoustiques, inspiré cette fois-ci de l’univers tendre d’un autre duo, les australiens Angus & Julia Stone. Fin du voyage, nous sommes sous le charme.

Avec ce premier effort, le duo Lola Marsh signe là un univers complet et murement réfléchi. Rempli de douceur et inspiré des meilleurs tendances actuelles, on attend de découvrir totalement ce qui se cache derrière le groupe avec pour bientôt, un plus long voyage sur le premier album.

 

, , , , , , ,