Rencontre avec The Dodoz

Par le 19 décembre 2012

En cette  fraîche journée d’automne, nous avons rendez-vous avec l’un des membres du combo rock que l’on adore, The Dodoz.

Avant ça, un petit retour en arrière s’impose, nous sommes alors en 2004, année de fondation du groupe composé des deux frères jumeaux Jules et Adrien Cassignol qui sont respectivement guitariste et batteur du groupe, rejoint ensuite de Géraldine Baux et Vincent Argiolas qu’il on rencontré au collège à Toulouse. Au départ, seul les trois membres masculins du groupe jouaient ensemble dans du blues avant d’être rejoint par Géraldine qui marquera une orientation radicalement rock.

Le groupe se fait connaitre grâce à une réputation scénique qui fera parlée d’elle sur internet, ce qui permettras aux quatre toulousains d’ouvrir pour des artistes tels que les Franz Ferdinand, Stereophonics ou encore Babyshambles. Nous arrivons en 2006, les Dodoz feront leur apparition dans le CQFD (ce qu’il faut découvrir) du magazine Les Inrockuptibles. C’est alors qu’ils se feront repéré par le producteur de groupe tel que Zebda, Peter Murray qui les signera sur son label Murrayfield Music.

photo_6

S’en suivra ensuite un premier album éponyme en 2008 salué par la critique intitulé tout simplement The Dodoz qui se classera aux sommets des ventes. Après une longue tournée qui les auras fait voyagé à travers la France, Belgique, Suisse, ainsi qu’une belle tournée Européenne. Le groupe sortiras ensuite durant cet été 2012 son second album Forever I Can Purr, mixé par Mike Crossey (Arctic Monkeys, Foals, The Kooks).

Nous voici donc avec Jules qui a eu l’aimable gentillesse de répondre à quelques questions.

Quelles ont été les rencontres marquantes pour vous cette année ? 

Toutes les personnes sans exception ! Que ce soit les groupes avec qui on a partagé une scène, les promoteurs/organisateurs qui ont crûs en nous, notre tournée en Europe de l’Est, d’ailleurs ce moment était assez fou ! Surtout lorsque nous nous sommes arrêtés en République Tchèque.

Un coup de coeur musical pour cette année ? 

Sans hésiter “Lonerism” de Tame Impala qui juste une dinguerie ! Il y a aussi le dernier Die Antwoord et  Cancert Bats.

Raconte-nous en bref l’enregistrement de ce nouvel opus ? 

On a fait 3 sessions au studio Vega à Carpentras, tout en live et avec des bandes en analogique (sauf les voix bien évidemment), en privilégiant toujours la 1ère prise. C’était un enregistrement très spontané et totalement naturel, on est pas resté des mois et des mois à bloquer sur une piste ou une ligne de guitare. En résumé je dirais que cet album est sincère, tout simplement.

Une anecdote de tournée ? 

Dans le genre marquant, je suis tombé sur les fesses (littéralement) pendant notre concert à la Maroquinerie de Paris il n’y a même pas un mois de ça. C’était filmé et tout donc j’étais un peu dégouté… (Rire)

Deux Cigales en peu de temps, heureux ?

C’était bien cool ouais ! En plus on aime beaucoup les Kid Bombardos qui jouaient aussi avec nous et les Popopopops sur cette soirée, donc vraiment c’était un très bon moment. La première Miles Kane aussi c’était un moment cool !

L’année 2013 ?

On va repartir en Europe de l’Est et peut être en profiter pour tourner un documentaire… On prévoit de revenir en Angleterre aussi, et quelques concerts en France bien sur !

Remerciement tout particulier à Peter Murray, producteur du groupe de nous avoir permis de rendre possible cette rencontre et à Jules pour y avoir répondu.

, , , ,