Frànçois & The Atlas Mountains
Rockshcool Barbey, Bordeaux

Par le 12 mai 2014

Vendredi 4 avril 2014, nous avons eu la chance d’assister au concert du groupe François & the Atlas Mountains à la Rockschool Barbey (Bordeaux), une des premières dates de leur tournée qui fait suite à la sortie en Mars 2014 de leur nouvel album Piano Ombre.

Pour cette tournée, le groupe est accompagné du projet solo de David Nzeyimana, Le Colisée, qui assure la première partie avec son univers à la personnalité bien affirmée. Douceur et essais électroniques faisaient la paire pour une envolée musicale. L’artiste nous a présenté son dernier titre de cette manière: “C’est une berceuse que j’aimerai chanter à mes futurs enfants”.

COLISEE

Le Colisée – © Cyriane Girouard

Puis les lumières s’éteignent et la salle est comble. Manifestement ce concert de François & the Atlas Mountains est un évènement attendu, le dernier album Piano Ombre ayant eu un franc succès dès sa sortie. Le groupe n’a rien perdu de son énergie, bien au contraire, elle a mûrit et se tourne désormais vers l’excellence. C’est un François plus en forme que jamais que l’on retrouve et qui nous offre une prestance scénique des plus délicieuse. Le concert se déroule en deux parties : Piano ombre fait l’objet de la première. Une cohésion scénique indéniable s’est produite sous nos yeux et dans nos oreilles : François (chant et piano), Pierre (guitare électrique, chant), Amaury (percussions), Jean (batterie) et Gérard (arrangements électroniques) ont en plus agrémenté certains de leurs morceaux avec des pas de danse africaine (pour le titre « Fancy Foresight », neuvième piste du dernier opus) et le public, très réceptif, a entonné « La vérité », single pop phare de l’album Piano Ombre avec un plaisir palpable.

FRANCOIS

© Cyriane Girouard

Le concert s’est déroulé dans une lumière mystérieuse, sombre avec des illuminations jaillissantes puissantes et dansantes en contraste: l’immersion dans l’univers du groupe est totale. François Mary a su maintenir l’attention éveillée grâce à son dynamisme mouvant : impossible de passer à coté de cette énergie débordante et communicative.

Le groupe s’est ensuite éclipsé quelques instants de scène pour revenir interpréter une sélection de titres de leurs précédents albums (E volo love et Plaine inondable) remasterisés en version électro qui ont bien eu le mérite de nous surprendre, voire même de nous foutre une sacrée claque musicale. C’est une revisite totale des titres qu’on affectionne depuis les débuts du groupe. Une ribambelle d’instruments africains est passée entre les mains de François qui nous a même chanté un magnifique passage en arabe. Le moins que l’on puisse dire c’est que le concert était riche en arrangements hétéroclites. Le concert est placé sous le signe du voyage, on s’est envolé pour rejoindre les forêts de pins dans les Landes, les contrées africaines et l’univers enchanteur de l’Orient.

FRANCOIS9

© Cyriane Girouard

Et on a été chanceux à la RockSchool Barbey car le clou du spectacle a été l’interprétation, pourtant rare en tournée, du titre très remarqué “La fille aux cheveux de soie” qui nécessite la présence d’Agathe Issartier (Gatha) au violoncelle, présente à Bordeaux ce soir-là . Une chose est sûre, on ne pouvait espérer meilleur final !

Par Lucia BURGOS

, , , , , , , , , ,