Notre Rock en Seine 2016
Paris

Par le 11 septembre 2016

La rentrée bien commencée, c’est avec nostalgie que nous nous replongeons quelques semaines en arrière pour le traditionnel Rock en Seine ! Malgré une affluence en légère baisse contrairement aux deux années précédents qui affichaient complet, la programmation était elle, toujours aussi riche. Pas de “gros“ noms cette année mais des valeurs sûres dans des styles variées mêlant rock, électro, hip-hop et même jazz. Parmi eux, certains nous ont charmés d’autres beaucoup moins…. Bilan. 

Nos coups de coeurs

Aurora – Voyage au pays des merveilles

Nous avions déjà adoré son premier album « All My Demons Greeting Me as a Friend » paru un peu plus tôt dans l’année avec des performances vocales qui ne nous avaient pas laissé de marbre et un univers des plus touchant. Sur scène, la Norvégienne de même pas 20 ans nous aura épaté en tout point. Forte d’une grande maturité et d’une maitrise vocale importante qui n’est pas sans rappelée les London Grammar et Lykke Li, la petite étoile blonde scandinave nous emmène dans son voyage merveilleux. Basé sur des compositions très personnelles, la production apportée aux morceaux donne une dimension décuplée en live, par la richesse sonore et l’omniprésence de cette voix innocente et touchante. Jouant en même temps que la pointure rock Iggy Pop à l’autre bout du festival, le public aura répondu quand même présent en nombre pour découvrir la nouvelle prêtresse de pop mélodique, on y remarquera même une poignée de disciplines les yeux rivées sur elle, les paroles connues sur le bout des langues. Un envol au pays des merveilles qui mérite d’être valorisée à sa juste valeur. Nouveau chapitre le 24 octobre prochain à la Maroquinerie de Paris.

Sigur Rós – La puissance musicale

Aller voir Sigur Rós était un passage obligé de cette édition de Rock En Seine. Nous nous attendions à prendre une claque de beauté devant de telles légendes. C’est une véritable claque de puissance et de grandiose que nous nous sommes pris en plein cœur, et qui nous a surpris nous même. Nous pouvons aisément décrire le concert au sens propre comme au figuré, comme une énorme ouverture spatio-temporelle dans laquelle nous avons été happés.

_V5A0329

The Last Shadow Puppets – La grande classe

Quel pur bonheur d’assister au dernier live de la formation The Last Shadow Puppet. Les deux âmes sœur britanniques Alex Turner et Miles Kane nous ont plongé dans un bain de rock, d’émotion et d’humour qui nous fait déjà regretter leur duo. Une séparation qui n’intervient pas sans nous laisser de sublimes pistes et le souvenir de deux reprises aussi géniales que jouissives, de M. Bowie et M. Dutronc (excusez du peu). Une des grosses claques de ce festival !

Two Door Cinema Club La machine à tubes

Enfin ! Après avoir complètement disparu de la circulation pendant deux années complètes, le trio Irlandais est de retour. C’est sur la Grande Scène que nous ont donnés rendez-vous Two Door Cinema Club avec en guise de décors, des imposants écran magnétiques et un mur de lumière. Le nouveau disque pas encore sorti, c’est avec une compilation de leurs plus grands tubes que la bande déferle avec une vague électro-pop immanquable. Rythmé par un jeu de lumière que l’on qualifierai sans hésité de “fou“, les rythmes sont eux très rapides (mention spéciale au batteur robot). L’euphorie est à son maximum à l’arrivée des plus grands succès du groupe : « I Can Talk », « Something Good Can Work » et « Sun », entre autres. Malgré une routine certaine au fil du set, le concert restera des plus honnête et efficace, avec des grands espoirs pour ce nouveau disque prévu pour le 14 octobre prochain.

2V5A8770

Ghinzu – Les indétrônables

Ghinzu est revenu ! Enfin ! 7 longues années que nous nous languissions de voir le groupe belge sur scène, après avoir écouté et ré-écouté leurs deux premiers albums. Une vraie parenthèse de bonheur et de pure énergie sur une scène de la Cascade fourmillante à perte de vue. Nous avons eu le plaisir de chanter sur de nombreux titres anciens et de découvrir quelques nouveaux morceaux qui promettent un troisième opus pas mal du tout !

Chvrches – La messe pop

Les revoilà ! Le groupe écossais emmené par Lauren Mayberry, Iain Cook et Martin Doherty est de retour dans la capitale pour le dernier concert de leur campagne européenne avec leur disque Every Open Eye. Malgré un accueil plus timide que le premier album en France, le trio débarquait sur la scène de l’Industrie à la même horaire que Iggy Pop. Le public a d’ailleurs répondu assez présent quand même pour chanter et danser sur les tubes électro-pop : « The Mother We Share« , « Leave A Trace« , « Never Ending Circles » ou encore « We Sink« . Un concert bien calibré porté par le dynamisme fort de sa chanteuse, un excellent concert !

_V5A0025

Nos déceptions

Bastille

Concert assez simple et linéaire pour les londoniens. Bastille se présentait sur la Grande Scène sous un soleil de plomb pour “teaser“ leur prochain album à sortir dans un registre toujours aussi pop, regorgeant de petits tubes mais avec une similitude certaine. Mise à part un chanteur très sautillant, le concert ne nous emballera pas des masses malheureusement. Une nouvelle chance en salle ?

Casseurs Flowters

Parenthèse “hip-hop“ dans la marée “rock“, Orelsan et Gringe débarque sur la scène de la Cascade devant une foule bien bien (bien) jeune et dense. Depuis le succès de la série Bloqué et la sortie de Comment c’est loin, la popularité des deux amis de toujours est à son maximum. Plaisant d’entendre les excellents morceaux du film et une poignée de l’album concept des Casseurs Flowters. Un concert “sympa“ sans être emballant.

2V5A8589

La surprise

Grand Blanc

Après la sortie récente de leur premier album « Mémoires Vives », Grand Blanc nous promettait un live ambitieux, lourd et brut. Leur passage sur la scène de l’Industrie a été à la hauteur de leurs ambitions. Grand Blanc a fait vibrer le sol sous les pieds d’une foule dense, qui ne s’est pas laissé intimider par le soleil de plomb et les 36 degrés. Un concert haute température !

2V5A9292

Les bonus

Half Moon Run

Remplaçant au pied levé les Shins pour notre plus grand bonheur. Quelle joie de retrouver les Half Moon Run de nouveau en concert. Les canadiens auront ramener les foules en entrant directement sur scène avec le très fort tube « Turn Your Love » extrait de leur deuxième album Sun Leads Me On. Dans un style folk parfaitement maitrisé et des musiciens vraiment excellents, un des plus beaux moments de ce festival pour nous.

Foals

Cette année, Foals avait la lourde tâche de clôturer le festival. Un défi si l’on tient compte du fait que le grand Iggy Pop jouait sur la même scène quelques heures plus tôt. Et bien disons-le clairement, après les avoir vu en live de nombreuses fois, difficile de ne pas secouer la tête et chanter leurs refrains uniques en leur genre.

2V5A9531

The Strumbellas

Quelle belle bande ! Les Strumbellas débarquaient pour la première fois en France et dans la capitale à quelques semaines de la sortie européenne de leur premier album Hope. Plaisant. Premier concert de notre Rock en Seine 2016, les canadiens nous ont très vite convaincus avec des mélodies folk-pop d’une grande efficacité et follement rassembleuses. Situé à mi-chemin entre l’univers des Lumineers et des Of Monsters and Men, on écoute encore et encore les tubes « Spirits » ou encore « We Don’t Know ». Après une grande surprise lors de notre découverte du groupe pendant le festival Osheaga à Montréal cet été, ce passage parisien était l’occasion de la confirmation de notre coup de coeur pour cette joyeuse bande d’amis.

La Femme

C’est un grand retour de La Femme auquel nous avons également assisté. A quelques jours de la sortie du nouvel album Mystère, nous avons eu l’opportunité d’en découvrir quelques titres supplémentaires. Dans une ambiance toujours aussi décalée et un style maintenant bien affirmé, nous avons pu constater définitivement que La Femme maîtrise la scène comme peu de groupe de cette génération.

2V5A8508

, , , , , , , , , , ,