Savages
Connexion Live, Toulouse

Par le 13 juillet 2017

Savages, groupe post punk tout droit arrivé de Londres, se produisait le mercredi 5 juillet au Connexion Live.

C’est peu après 21h que les lumières s’éteignent pour laisser place à un sample sombre annonçant la venue du quatuor britannique. Unes à unes, les musiciennes font leur apparition sur scène, très vite suivies par Jehnny Beth, charismatique leadeuse du groupe.

© Gabrielle Aybram

© Gabrielle Aybram

Le live commence avec le ténébreux « I am Here », suivi de près par « Sad Person ». « La dernière fois il y avait un mosh pitt au bout du deuxième morceau! » le public est provoqué, en français, langue natale de la chanteuse. Le ton monte. « Shut Up », issu de leur premier album Silence Yourself, fini de déchainer la foule friande de riff et de sueur. La chanteuse, boule de nerf au bord de l’explosion, se permet un premier saut dans la foule. On nous parle d’amour, de désir et de questionnements, mais on nous parle surtout sans filtre de manière sincère et ça se sent : ça prend aux tripes.

Discrètes aux côté d’une front girl captivante, Gemma (guitare), Ayşe (basse) et Fay (batterie), assurent la scène par leur présence parfois sévère, toujours fascinante. Plongées dans la semi-obscurité d’une lumière stroboscopique, elles nous emmènent dans une ambiance à l’image de leur musique : imposante, affirmée, indestructible … sauvage.

Sur scène comme dans la fausse ça saute, ça sue, ça crie. La chanteuse s’efface à la fin de « TIWYG », mais revient sans se faire attendre pour un rappel de trois morceaux dont les plus qu’attendus « Adore » et « Fuckers », issus de leur dernier album Adore Life.

© Gabrielle Aybram

© Gabrielle Aybram

Il est 22h20, après un salut souriant, les lumières se rallument définitivement. Cette soirée sans première partie s’achève après un peu plus d’une heure de concert, mais le public semble ravi : 1h10 de concert certes, mais 1h10 des plus intenses.

Crédit photo : www.gabphotographe.com

, , , , ,