Un weekend à Europavox 2016 - Samedi
Clermont-Ferrand

Par le 07 juin 2016

Deuxième journée à Europavox après des bonnes surprises la veille : le rock survoltée et sous haute tension de L.U.H, les rythmes et grooves effrénés de Breakbot ou encore la pile électrique Katerine. Au programme de ce samedi, du psychédélisme (beaucoup), des grands shows et des moments marquants. Retour sur cette nouvelle journée avec notre avis et toujours en image.

Et le bal s’ouvre sur la scène Factory avec les italo-britanniques Sonars. Multipliant les tournées aux quatre coins de l’Europe, c’est donc tout naturellement que nous les retrouvons à l’affiche du festival. Bulles psychédéliques douces et aériennes, le trio nous emporte calmement dans leur monde accompagné du premier EP Jack Rust And The Dragonfly IV paru il y a un an maintenant. Prestation donnée face a un public peu en nombre mais bien attentif. Place ensuite aux Hollandais Pauw que l’on placera sans hésitation dans notre top 3 des concerts de ce cru 2016 d’Europavox. Dignes héritiers de Tame Impala dans le genre, il faut dire que leur rock psychédélique aux sonorités 70’s bien amenées ne laisse pas indifférent : riffs de guitares lumineux, batterie sauvage et claviers mélancolique, l’univers musical du quatuor fascine. « Today Never Ends » est un grand tube. Avec un premier disque Macrocosm Microcosm surprenant, Pauw nous embarque dans un vocable inoubliable et nostalgique. Un très bon moment.

2V5A9723

 • Pauw © Thomas Saminada •

Place au Forum Polydôme ensuite pour une soirée sous le signe des musiques urbaines qui débutera tout d’abord par Caribbean Dandee, le nouveau projet de JoeyStarr avec Mathy. Fort, brut, efficace, les deux compères se présente face à un auditoire extrêmement jeune pour l’occasion, facile à convaincre donc. Porté par une instrumentalisation assez rock, moyennement emballés, on partira à la moitié du concert pour aller jeter un oeil aux Barcelonais Svper à la Petite Coopé, sans mauvais jeu de mot, pas super… Dommage. On retiendra quand même le côté appréciable des quelques classiques du pionnier du rap Joey.

Direction ensuite l’Auditorium pour assister à un grand show en la personne de Dionysos (photo de couverture). Simple, sincère, efficace, Mathias Malzieu et sa bande d’ami ne démérite toujours pas cette belle réputation live qui les suit depuis une flopée d’albums maintenant. Un très bon concert qui figurera parmi nos moments marquants du festival.

2V5A9886

• Caribbean Dandee © Thomas Saminada •

Il est l’heure de la grande messe populaire ensuite avec celui qui a tout raflé avec son album FeuNekfeu. “Un grand show“ – tout simplement. Tout dans la grandeur, armé d’écrans géants en guise de structure et accompagné par sa bande de pote du S-Crew, le jeune rappeur excelle dans la communion avec son public à coup de tubes à la chaîne et en puissance : « Nique les clones, pt.II« , « La danse de l’homme saoul« , « Égérie« , « Dans ta réssoi » et évidemment « On verra« . Un moment rempli de qualités qui justifie une nouvelle fois, le succès entre ses mains aujourd’hui. Chapeau.

2V5A0170

• Nekfeu © Thomas Saminada •

Passage ensuite à la Coopérative de Mai pour terminer cette soirée en compagnie de General Elektriks. Un magicien incontestable du clavier, un groove exquis. On savait déjà que son dernier disque en date To Be A Stranger était une grande réussite, le live confirme avec aisance. « Built by the people« , « Whipper to Me« , « Magnets » pour ne citer qu’eux, une ribambelle de titres à la composition fine, riche et terriblement efficace. Une fin luxueuse pour terminer notre deuxième journée à Europavox. Une interview sera d’ailleurs à venir prochainement sur le site. La suite demain avec un bouquet final de haut vol.

2V5A0018

• General Elektriks © Thomas Saminada •

Bilan de cette soirée du samedi en image :

, , , , , , , , ,