Une soirée au festival des Inrocks 2013
La Cigale, Paris

Par le 10 décembre 2013

La salle n’est pas comble quand nous entrons à la Cigale ce samedi 09 novembre et pourtant We are match entraîne le public avec son premier EP Relizane, sorti le 04 octobre dernier. Dans le groupe pas de première place et on le ressent en live; chacun est aligné et donne le meilleur de lui-même. Le tubesque « Dying Kings » fait ses preuves et « Violets » convainc par ses élans électro vifs et entraînants, l’occasion de tester note conduction osseuse.

Deuxième au menu, le quintette de Brooklyn Lucius joue avec nos sens: les deux chanteuses se font miroir, les musiciens délectent nos oreilles avec un live très rythmé, appuyé par la participation des filles aux percussions. Leur album Wildwoman, sorti mi octobre lui aussi, avec ses échos sensuels (voir la pochette de l’album) a des allures rock folk délicieusement vintage sans pour autant faire du déjà vu : le live confirme cette impression et l’énergie dégagée hérisse nos poils.

Déjà bien chauffé, notre pavillon est à la limite de jouir à l’arrivée de Jacco Gardner et son Cabinet of curiositys. Le danois et ses musiciens nous embarquent dans un univers seventies un brin nostalgique où Lewis Caroll pourrait très bien se promener.

Et là, l’extase quand se font entendre les premières notes de Hey now. Dot et Dan entourent leur belle d’un son minimaliste qui magnifie une Hannah Reid aussi humble que son t-shirt/basket. Dans le sillage de The XX, London Grammar module ses mélodies de silences frissonnants, à forte charge émotionnelle. Comme le mélancolique « Wasting my young years », les beats trip-hop de « Metal & Dust » ou encore à la réinterprétation de « Nightcall » de Kavinsky (affirmant par là la force identitaire du groupe). Le live est également l’occasion de profiter d’une voix parfaitement maîtrisée qui ferait ombrage à plus d’une Lara Del Rey… If you wait ne se fait donc pas attendre.

Dernière explosion de décibels avec la sensuelle Valerie June. Sa présence, sa voix atypique et ses chansons bluesy méduseront (tout comme ses cheveux) le public tout entier.

Retour en image avec Mathias Benguigui :

, , , , , , , ,