Rencontre avec Baden Baden

Par le 07 février 2013

Baden Baden est un groupe indie pop parisien formé en 2008 et composé d’Éric Javelle (chant, guitare), Julien Lardé (guitare), Gabriel Vigne (batterie). Leurs textes eux, naviguent entre anglais et français. Leur premier album lui, s’intitule Coline. Rencontre avec Eric, chanteur/guitariste et membre fondateur du groupe.

Votre premier album Coline est sorti le 1er octobre chez Naïve. Êtes vous contents?

On travaille depuis plusieurs années. Notre Ep 78 est sorti il y a deux ans. On a été soulagé quand l’album est sorti. En plus on a eu des très bons retours.

Pourquoi Coline?

C’est le prénom Coline. Il revient plusieurs fois dans les textes de chansons. Cela nous plaisait d’appeler l’album par un prénom. On aime bien construire autour de personnages fictifs.

Comment décidez si vos textes seront en anglais ou en français?

L’instrumental vient en premier. Puis on chante en yaourt. On teste si l’anglais ou le français colle le mieux dessus. Cela vient naturellement. C’est intéressant de voir comment le français sonne avec une instrumentalisation anglo-saxonne.

Quelles sont vos inspirations?

Pleins de choses nous inspirent. On pioche dans notre vie, dans nos expériences, nos fantasmes… Il n’y a pas une œuvre particulière qui inspire une chanson particulière.

Vous avez composé l’album sur trois années. Vos premières compositions vous plaisent-elles toujours?

On est content de toutes les chansons qui sont sur l’album. Mais il y a toujours un moment où il y a une relation bizarre avec ce qu’on a fait.

Au début on est euphorique, hyper enthousiaste. Puis très rapidement après avoir travaillé dessus, l’avoir enregistré on n’arrive plus à avoir un ressenti. Il y a une sorte de lassitude. Il faut se laisser le temps.

Les morceaux qu’on a composés aux débuts sont plus folks, plus acoustiques rapidement on a eu envie de jouer des chansons faisant plus de bruit donc on les a mises de coté. Last song est un morceau ancien, on le joue depuis plusieurs années et on aime toujours le jouer. Cela dépend des chansons en fait.

Quelle est votre chanson préférée ?

C’est comme les enfants, on ne peut pas choisir. En live, on aime tous jouer Last song. Je n’ai pas de chanson préférée je suis fière des douze chansons de l’album.

Qui réalise vos clips?

Sur chaque clip, on travaille avec des personnes différentes. C’est très intéressant d’avoir la vision d’une personne extérieure qui apporte son univers, sa lecture d’une chanson. On donne peu de directives pour qu’elle puisse s’exprimer.

Vous êtes un groupe composé de 3 garçons, êtes-vous plutôt bordéliques ou organisés?

Cinq même. On a embauché un trompettiste et un bassiste pour la scène. Naturellement on est très bordéliques, surtout moi. On a eu besoin de s’imposer une routine. A nos débuts, j’avais pleins de petits défauts bêtes par exemple je laissais mes câbles en boucle dans mes sacs. On s’est vite rendu compte que cela nous polluait. On essaye d’être un minimum ordonné pour que cela ne perturbe pas le fait d’être dans les meilleures conditions pour un concert.

Vous avez environ trente ans, que faisiez-vous avant de faire de la musique?

On faisait tous de la musique depuis longtemps mais aucun de nous n’avait monté un projet sérieux. On a tous fait des études. Chacun a son métier à côté sauf Gabriel qui vit de la musique. Ce n’est pas facile de combiner deux métiers mais cela permet de varier les plaisirs.

Remerciements à Julie de chez Naïve et Baden Baden

, , , , , ,