Rencontre avec Bill-Ryder Jones

Par le 14 mai 2013

Bill Ryder-Jones est un compositeur de musique de film et musicien anglais à l’origine guitariste du groupe The Coral jusqu’à 2008 afin de continuer sa route en solo, après un premier album If sorti en 2011, il est revenu cette année dans les starkings bloc avec un nouvel album intitulé A Bad Wind Blows in my Heart (Domino). Retour sur son parcours et sa collaboration sur l’album Neverending de Swann avec nous.

Bonjour, pour commencer pouvez-vous vous présenter ?

Bonjour, je m’appelle Bill…

Comparé à votre expérience dans le groupe The Coral, comment avez-vous géré le fait d’écrire votre propre album ?

C’est une question à laquelle il est difficile de répondre simplement. Je suppose que d’un côté c’était plus dur, mais aussi plus facile. Plus dur parce que tu n’as personne d’autre autour de toi pour te dire si ce que tu fais est bien, plus facile parce que je sais ce que je veux faire comme musique. Par ailleurs je n’ai pas trop à me soucier des ventes de l’album.

Parlez-nous de votre album, comment est-il né ?

Ce nouvel album est une sorte de réflexion sur ma vie jusqu’à présent, les choses qui se sont produites, les pensées que j’ai eues… C’est juste né de quelques démos que j’avais réalisées. Je les ai fait écouter à Domino comme elles étaient et ils ont vraiment aimé. Il ne m’a pas fallu longtemps pour réaliser qu’il me restait plus qu’à compléter l’album de cette façon.

Quand vous étiez petit, quelle éducation musicale avez-vous reçue ?

Pas grand-chose de spécial. On m’a enseigné le violon quand j’étais enfant mais je n’étais pas vraiment bon, ensuite, à l’école j’ai eu le niveau habituel en cours de musique. J’ai beaucoup appris par moi-même. Mon frère était un musicien très doué, l’entendre jouer du violon à la maison a surement eu un effet sur moi.

Vous êtes un musicien très talentueux, vous savez jouer de la guitare et du piano. Pouvez-vous jouer d’autres instruments ? Même un tout petit peu ?

Merci, je peux faire un bruit avec la plupart des instruments mais je ne suis pas vraiment bon sur tous. J’ai joué du violon, comme je l’ai dit, mais je suis assez mauvais ces jours ci. Je peux tenir une mélodie sur une trompette. Je ne sais pas vraiment, je jouerais de tout.

© Matt Thomas

Qui a été présent à vos côtés lors de réalisation de cet album ?

Mes amis, vraiment. Liam et Andy du groupe By The Sea ont joué sur cet album, et ils m’ont vraiment aidé. Mes meilleurs amis Emma et Anthony aussi et bien sûr Laurence de Domino et Ian Broudie.

Après avoir écouté votre album, j’ai l’impression que votre voix est en retrait sur l’album. Est-ce l’effet attendu ?

Eh bien, je voulais qu’elle soit encore plus en retrait, mais James m’a persuadé de la mettre plus fort dans le mix. Je trouve que ma voix fonctionne plus en faisant partie du son plutôt qu’être mise en avant.

Comment et d’où avez puisez l’inspiration pour cet album ?

Juste de la vie, de ma manière de voir les choses. Je suis conscient de mes faiblesses, beaucoup de mes chansons sont sur le fait d’accepter mes pensées négatives que j’ai, je pense. Aussi, chacun des morceaux sont sur quelque chose qui s’est vraiment passé, je le raconte juste différemment.

Comment c’était d’écrire vos paroles tout seul ?

Bien, c’est ma vie. Je n’ai besoin de l’aide de personne.

Allez-vous présenter votre nouvel album sur scène bientôt ?

Ouais, nous avons fait pas mal de concerts le mois dernier et ils se sont très bien passés. Le prochain sera le 8 mai, à Londres.

Comment avez-vous rencontré Laurence Bell de Domine Records ?

Nous nous sommes rencontrés à Paris quand The Coral soutenait Arctic Monkeys. Je ne me suis pas présenté, je ne l’ai fait que lorsqu’on a parlé au téléphone. Un jour, il m’a appelé pour me rencontrer. C’était si inattendu, et je suis extrêmement choqué et je le remercie pour ce qu’il a fait.

Vous avez aussi travaillé avec Chloé (Swann) sur son album, comment c’est passé cette rencontre avec elle ?

Oh ouais, « Swanny », elle est brillante. Je l’ai rencontrée par mon amie Sophie Jarry. Elle me disait à quel point elle était géniale et elle nous a mis en contact. Je devais voyager au Pays de Galle pour enregistrer mes morceaux mais j’ai eu une attaque de panique sur la route et j’ai du rentrer à la maison. Je pense qu’elle a un réel talent, et elle est très gentille. Je ne pense pas vraiment a moi de cette façon. J’ai confiance en les autres, si ils aiment ce que je fais et si ils pensent que je peux apporter quelque chose a leur album je suis content d’essayer.

Un dernier mot pour terminer ?

Bonjour !

Remerciement à Jennifer de Domino France et à Bill-Ryder Jones pour l’interview.

, , , , ,