Rencontre avec Half Moon Run

Par le 10 mars 2016

Formé à Montréal au Canada, Half Moon Run est un groupe indie folk, quelques fois rock dont les membres sont originaires de Colombie-Britannique et de l’Ontario : Devon Portielje (chant, guitare et percussions), Conner Molander (chant, guitare et clavier), Dylan Phillips (chant, batterie et clavier) et Isaac Symonds (chant, percussions, mandoline, clavier et guitare).

Après un passage par des prestigieux festivals tels que Osheaga ou encore le Glastonbury Festival et remporté la reconnaissance du public et des critiques grâce à des prestigieuses premières parties pour des artistes comme Of Monsters And Men, Metric, Patrick Watson ou encore Mumford & sons. Le premier album « Dark Eyes » sortira lui en 2012, s’en suivra une tournée longue et triomphale au quatre coins du monde avant de nous revenir en fin d’année dernière avec un second disque « Sun Leads Me On » aux accents plus pop, toujours doté d’un songwriting hors pair.

En pleine tournée européenne, nous avons rencontré l’un de ses membres, Conner Molander, à l’occasion de leur passage par l’Epicerie Moderne de Feyzin (à côté de Lyon) quelques heures avant leur concert le temps de quelques petites questions.

Comment se passe la tournée ?

Vraiment top ! Nous sommes à mi-chemin de notre tour d’Europe après on repart aux États-Unis et Canada avant les festivals cet été, c’est super !  

Est-ce qu’avec ce nouvel album « Sun Leads Me On » vous avez voulu partir vers une nouvelle direction dans la recherche des sonorités comparé au premier ?

Oh non pas particulièrement ! Je dirais que nous avons prit la même direction que sur le premier disque. On s’est réuni tous ensemble pendant des longs week-ends à écrire et à trouver le meilleur son possible, on s’est beaucoup amusé à triturer chaque morceau en recherchant toujours la meilleure esthétique possible pour celui-ci. Mais je pense que la base est la même que sur nos premiers morceaux.

halfmoonrun

Qu’est-ce que qui vous a influencé justement sur ce nouveau disque ?

Des nouvelles choses forcément, je pense que durant ces trois années où nous avons tournés à travers le monde, nous avons ingurgité beaucoup d’expériences diverses, partagé des scènes avec de nombreux groupes et visité des nombreuses villes. Tout ceci nous a influencé en partie pour l’écriture de ce nouveau disque.

Qu’est-ce que vous avez voulu explorer avec « Sun Leads Me On » ?

Nous étions très excités à l’idée de s’essayer à des nouveaux instruments et expérimenté des nouvelles textures sonores avec ceux-ci. Je pense que le songwriting est plus marqué sur cet album, les textes plus profonds, un album avec une grande sincérité.

Comment était l’enregistrement avec Jim Abbis (Adele, Arctic Monkeys) ? C’était une bonne expérience ?

C’était une très grande expérience ! Il est vraiment bon pour trouver le bon environnement pour enregistrer les parties de chacun. Beaucoup de bonnes choses sont nées grâce à Jim, il est formidable !

Vous avez écris cet album entre la Californie et Montréal, comment était cet expérience de création ?

Nous sommes allés en Californie pour faire un road-trip très enrichissante, une belle aventure. Cette partie des Etats-Unis est très belle, avec du soleil constamment, le surf évidemment, c’était très agréable. Montréal à l’inverse est notre maison, nous avons un confort et des habitudes qui nous ont servis pour finir le processus d’écriture de « Sun Leads Me On » pour le coup.

Petit quizz maintenant, si « Sun Leads Me On » était la bande originale d’un film, ça serait lequel ?

Mh… Bonne question ! Je penses que ça serait tout simplement un film que l’on réaliserait peut-être un jour ? (Rire)

Tu préfères l’ambiance du studio ou de la scène pour jouer ?

J’adore jouer en live ! Pour moi, je pense que d’enchaîner les dates est un challenge. En studio tes créations sont fraîches, j’adore aussi cette sensation mais en live, c’est un défi de reproduire à chaque fois encore et encore le même set et le même show.

Une chanson que tu aurais adorée écrire ?

Difficile… Je dirais un classique qui s’appelle « Spiegel I’m Spiegel » du compositeur estonien Arvo Pärt. Un morceau à la fois simple et magnifique !

Un groupe canadien que tu affectionnes ?

Patrick Watson ! D’ailleurs nous avions joué ici avec lui il y a quelques années. C’est un très chouette type avec un formidable univers.

Et pour finir, tes trois chansons du moment ?

J’adore le nouvel album de Tame Impala, tout le groupe adore la chanson « The Less I Know Than Better ». Il y aussi ce vieux film que j’ai regardé dernièrement « Rio Bravo » avec John Wayne, Dean Martin et Ricky Nelson et cette chanson « In the move in call my rifle my pony and me » que j’adore sur la B.O et enfin je dirais la chanson « Old Rivers » de Walter Brennen, j’adore regardé des vieux films muets en ce moment et il y a beaucoup de B.O géniales !

Un grand merci à Connan d’avoir pris le temps de répondre à cette interview ainsi qu’à Amélie de l’Epicerie Moderne de l’avoir rendue possible.

, , , , , , , , ,