Maud Octallinn x Little Lions

« Super fière sur mon bulldozer » : le nouveau clip de Maud Octallinn

Par le 18 avril 2017

On vous a déjà donné toutes les raisons d’écouter Maud Octallinn (portrait à retrouver ici) et son premier album fantasque à la précision maniaque, En terrain tendre. On vous présente aujourd’hui son nouveau clip « Super fière sur mon bulldozer ». Un dessin animé en stop motion (avec un court passage filmé) dont elle a écrit le scénario et confié la réalisation aux « géniaux fous » Vincent Pianina (auteur/illustrateur jeunesse) et Bertrand Sallé (artiste collagiste). Une aventure collective et sentimentale menée de main de maître avec son association Ratée Production.

Maud Octallinn x Little Lions

« Nous l’avons conçu plus comme une vidéo d’art que comme une animation visuelle au service de la musique. La narration dépasse le texte de la chanson en apportant des clés de compréhension complémentaires. Vincent et Bertrand dont j’admire la créativité, l’imaginaire, n’avaient pas encore eu l’occasion de travailler ensemble. Nous avons échangé pendant plusieurs mois sur la méthode d’animation, le ton, la symbolique des images. J’y ai voulu du Jésus Christ, du Don Quichotte, du El Topo, mais subtile. »

Gamine, Maud Octallinn se rêve au volant du tracteur rouge de son grand-père et de ces énormes engins de chantier avec un plaisir non dissimulé. « J’ai longtemps été obsédée par le verbe « conduire ». Je crois que j’avais déjà l’envie d’emmener les gens avec moi. Je m’imaginais surplomber la route et admirer le paysage. Ce sont mes premiers souvenirs de sensations fortes ! »

Dans le clip, accompagnée de son chat Pito et vêtue d’une petite robe à bretelles, elle grimpe, fière et décidée, sur son bulldozer pour « tout piétiner, sourire et [s]e venger ». La métaphore n’est pas à prendre à la légère car le magnifique excavateur est le point de départ, sinon le ciment, de ses nouvelles chansons. C’est encore elle qui en parle le mieux :

« C’est l’engin de chantier le plus positif du monde. Il détruit tout mais toujours en vue de reconstruire droit. Un peu comme ce disque qui m’a fait beaucoup de bien. J’avais besoin d’enterrer le passé. C’est une belle montée vers le pardon et l’espoir de vivre d’autres histoires moins dures. Donc une montée vers le tendre. »

Il s’agit d’un voyage initiatique de l’underground parisien à l’Age d’Or retrouvé. Elle anéantit les monstres du passé et termine sa course tragi-comique, nue, à dos d’âne, dans une vallée verdoyante qui voit fleurir ses premiers bourgeons. Le signe de lendemains qui chantent !

Concerts :

Le 22 avril à Pantin (La Menuiserie)

Le 11 mai à Paris (Le Zorba)

Le 19 mai à Allonnes (L’Excelsior)

Le 23 mai à Paris (La Gaîté Lyrique)

Le 4 juin à Condé-en- Brie (Festival Condé Village d’Art)

Le 24 juin à La Chapelle Saint Mesmin (Festival Balade en musique)

Le 10 août à Mens (Festival Mens Alors)

Le 19 août à Le Blanc-Mesnil

, , , , , ,